Contact the Canadian Automotive Museum

 

 

99 Simcoe Street South
Central Oshawa, ON, L1H 4G7

(905) 576-1222

Since 1963 the Canadian Automotive Museum has preserved and shared the history of the Canadian automotive industry.

La voiture au Canada

La voiture au Canada (de 1900 à 1945)

  Une calèche et une automobile McLaughlin dans une rue animée. Collection du Musée canadien de l’automobile.

Une calèche et une automobile McLaughlin dans une rue animée. Collection du Musée canadien de l’automobile.

 

Dans les premières années de l'aventure automobile, les sociétés canadiennes indépendantes connurent un formidable succès. À l'origine, ces premières sociétés furent des entreprises de transport qui construisaient les « voitures sans chevaux », c'est-à-dire des moyens de transport dotés d'un moteur. Le Canada, qui faisait partie de l'Empire britannique, bénéficiait d'un traitement fiscal protectionniste qui permettait aux constructeurs automobiles canadiens d'exporter leurs véhicules dans tous les pays de l'Empire à un taux tarifaire moins élevé.

  La société Tudhope Carriage Company d'Orillia, en Ontario. Bibliothèque publique d'Orillia, OR_423.

La société Tudhope Carriage Company d'Orillia, en Ontario. Bibliothèque publique d'Orillia, OR_423.

Ce succès ne dura que jusqu'à la Grande Dépression des années 1930 qui entraîna la récession économique. Les sociétés automobiles canadiennes n'avaient pas la capacité financière pour survivre à la crise et ne furent pas en mesure de soutenir la concurrence avec les usines américaines beaucoup plus importantes. En conséquence, les sociétés américaines dominèrent progressivement le secteur automobile canadien.

 

La Tudhope-McIntyre 1908 était construite à Orillia, en Ontario. En 1908, la société Tudhope Carriage Company entra en partenariat avec William H. McIntyre de l'Indiana pour construire des véhicules avec les pièces mécaniques de la société McIntyre.

 

 

  La chaîne de montage de l'usine McLaughlin à Oshawa, Ontario, 1908. Collection Thomas Bouckley 0713, Robert McLaughlin Gallery

La chaîne de montage de l'usine McLaughlin à Oshawa, Ontario, 1908. Collection Thomas Bouckley 0713, Robert McLaughlin Gallery

 

En 1904, la compagnie Ford du Canada fut fondée à Windsor, en Ontario. Chrysler Canada s'établit également à Windsor, la ville étant proche du Michigan, centre de l'industrie automobile américaine au début du 20e siècle.

 

En 1907, après avoir opéré une manufacture de voitures à cheval, R.S. McLaughlin fonda la société McLaughlin Motor Car Company et s'établit à Oshawa, en Ontario. La société fusionna par la suite avec la société Chevrolet Car Company of Canada pour devenir la Compagnie General Motors du Canada.

 

 

 

 

Anecdote

Un cheval au galop peut atteindre 48 km/h, soit la vitesse de pointe de la Tudhope-McIntyre 1908. Choisiriez-vous le cheval ou la voiture?

La voiture au Canada (de 1945 à nos jours)

 

Les sociétés américaines établirent leurs usines automobiles au Canada dans le but d'accéder au marché canadien et d'éviter les droits de douane élevés. L'industrie connut une prospérité record durant les années 1950, dû à l'essor économique de l'après-guerre et à la croissance de la demande. La collection du musée comprend plusieurs de ces voitures de fabrication canadienne – dont la Oldsmobile 1950, la Buick Special 1955 et la Buick Wildcat 1966 – construites pour la plupart à l'usine de General Motors, à Oshawa, non loin d'ici.

 P Image promotionnelle de la Meteor, 1959. Collection du Musée canadien de l’automobile.

PImage promotionnelle de la Meteor, 1959. Collection du Musée canadien de l’automobile.

  Les Studebakers furent construites à Hamilton, en Ontario, de 1948 à 1966. Brochure de la Studebaker de 1954. Collection du Musée canadien de l’automobile.

Les Studebakers furent construites à Hamilton, en Ontario, de 1948 à 1966. Brochure de la Studebaker de 1954. Collection du Musée canadien de l’automobile.

 

 

De nombreux véhicules construits au Canada étaient des modèles américains modifiés et adaptés pour le marché canadien, plus petit que celui des États-Unis. Les annonces publicitaires vantaient ces véhicules « canadianisés » comme étant essentiels au mode de vie canadien, mettant en avant les excursions familiales en voiture et les aventures hivernales.

Le Pacte canado-américain de l'automobile de 1965 favorisa la libre circulation des voitures et des pièces automobiles entre les États-Unis et le Canada en éliminant les tarifs douaniers sur ces biens. L'accord permit aux branches canadiennes des constructeurs automobiles de produire des véhicules destinés à l'ensemble du marché nord-américain, contribuant grandement à la prospérité de l'industrie au Canada. Cependant, l'accord mit fin à la production de voitures exclusivement canadiennes.

La signature du Pacte de l'Auto entraîna l'augmentation des exportations automobiles canadiennes. En 1967, le Canada exporta 243 206 véhicules aux États-Unis. Les véhicules construits au Canada furent également exportés vers l'Afrique du Sud, le Venezuela et le Pérou. La même année, les importations automobiles au Canada provinrent principalement des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Allemagne, du Japon, de la France et de la Suède. Le Pacte de l'Auto fut dissout en 2001, mais le secteur automobile reste une des principales industries manufacturières du Canada.

 S Signature du Pacte canado-américain de l'automobile au ranch de Lyndon B. Johnson, à Johnson City, au Texas, le 15 janvier 1965. Bibliothèque et Archives Canada, PA-139787.

SSignature du Pacte canado-américain de l'automobile au ranch de Lyndon B. Johnson, à Johnson City, au Texas, le 15 janvier 1965. Bibliothèque et Archives Canada, PA-139787.

Anecdote

Une Toyota moderne est composée de plus de 30 000 pièces. Ce nombre comprend le volant, les phares ainsi que l'ensemble des écrous, boulons et vis qui maintiennent le tout!